,

Les differentes parties d’une URL

16 novembre 2022

Dans le jargon du net, la notion d’URL (Uniform Resource Locator) revient très souvent lorsqu’il s’agit de l’adresse web des sites internet. Cependant, bon nombre de personnes ne savent pas ce qu’est une URL, encore moins de ce qui la compose. Que peut bien représenter cet élément ? Découvrez dans cet article les éléments constitutifs d’une URL.

Le protocole

Le premier élément de la barre d’adresse d’URL est le protocole. Dans une chaîne de caractères de type « https://www.monentreprise.com/contact », il est représenté par le « https:// ». Le protocole est un intermédiaire entre les serveurs et les sites internet. En effet, il transmet au serveur des informations lui permettant d’accéder aux pages du site. Sur le navigateur Google, le protocole le plus courant est le HTTPS. Grâce à lui, le navigateur internet sait qu’il doit effectuer la dissimulation de toutes les informations sensibles entrées sur une page web afin de se protéger des pirates. Ce type de protocole renforce la confiance avec les utilisateurs de votre site et assure également un meilleur référencement au niveau de Google. Autrefois, c’était le « ftp:// » qui était d’actualité, un protocole assurant le transfert de fichier entre client et serveur.

Le sous-domaine

Toujours en prenant l’exemple de l’adresse web « https://www.monentreprise.com/contact », le sous-domaine correspond au « www ». Cette deuxième partie de la barre d’adresse URL sert d’indicateur au navigateur, concernant la page du site qu’il est censé afficher. Grâce aux sous-domaines, les visiteurs peuvent avoir un aperçu de toutes les catégories de contenu que renferme le site internet. De plus, cela montre à Google, mais aussi à ces derniers que les informations du site ne se trouvent pas qu’au niveau de la page d’accueil. Il renvoie vers une ressource représentant l’URL comme des pages HTML, des images ou tout autre type de fichier. Seul le gestionnaire du serveur est en charge de la gestion de la ressource et de l’URL qui lui est associée.

Le nom de domaine principal et le domaine de deuxième niveau

Avec l’exemple de départ, le nom de domaine est représenté par « monentreprise». Il fait référence au nom du site internet et permet aux potentiels visiteurs d’avoir un aperçu de ce qu’il propose. Par exemple, si vous visitez le site « pacorabanne.com » vous savez déjà de quoi il s’agit. S’agissant du deuxième niveau, il s’agit du «.com ». Ce dernier indique la nature de l’identité sous laquelle votre organisation sur le net est enregistrée. Le domaine de deuxième niveau de type « .net » aux organismes qui ont un lien avec des sociétés d’infrastructures réseau. Quant au « .org », il fait référence aux n’ayant aucun lien avec un partage de bénéfice.

Le répertoire

Avec la même chaîne de caractères de départ, /contact représente le répertoire la dernière partie d’une URL. Les visiteurs s’en servent pour connaître la section du site sur laquelle ils se trouvent. Par exemple, considérons une boutique en ligne qui est dans la vente de cahier, de bics et de crayons. L’une des URL de ce site pourrait être, « https://www.maboutique.com/bics ». Le répertoire « /bics » permet aux utilisateurs de savoir qu’ils sont sur la page web dédiée aux bics.

 L’URL est également composée d’un port et d’un chemin. Le port n’apparaît souvent pas dans la barre d’adresse et correspond à la façon dont accéder aux ressources du serveur. Le chemin correspond à la voie empruntée en direction de la ressource. Aussi, un code est attribué à une URL. Ce code correspondant à l’adresse IP ou l’adresse internet.